La petite histoire du CCSQ

Par Frédéric Maltais

Avec la collaboration de Pierre Berger

Depuis les 16 dernières années, un circuit de petites quilles nommé CCSQ sillonne la province avec sa série de tournois individuels classe ouverte ! Pour les plus jeunes, c’est comme si ce circuit de compétition avait toujours existé. Je croyais intéressant de dresser la petite histoire du CCSQ alors j’ai fait appel à M. Pierre Berger, responsable du circuit.

Le commencement

Au cours des années 90, plusieurs tournois de type 8 ou 10 parties étaient organisés à chaque année, principalement dans la région de Victoriaville. Je me souviens à l’âge de 15 ans, je participais déjà à certains de ces tournois (rien pour me rajeunir). Les joueurs se déplaçaient régulièrement entre le Quillorama des Bois-Francs, le Futur-O-Quilles et le défunt Victo-Quilles. Je me rappelle aussi (et ça m’avait marqué à l’époque)  que chaque salon prenait le temps de publiciser les tournois de ses voisins, chose rarissime pour des commerces compétiteurs mais très bon pour notre sport. Selon Pierre, il y avait aussi le salon de quilles Bon-Conseil qui était présent depuis les débuts.

Par la suite, les tournois 8 parties ont sont devenus populaires et ont commencé à se propager dans d’autres salons de quilles comme le St-Étienne, le Royaume de St-Jean, le Royaume DGD de Granby et  St-Pie.

Un jour à la fin de la saison 2001-2002, quatre hommes se sont réunis et ont décidé d’en faire un circuit de compétition en bonne et due forme, c’était Philippe Bernier, Claude Bédard, Mathieu Houle et André Béliveau.  Lors de la première saison en 2002-2003 du nouveau Circuit Centre-Sud du était libre, les joueurs qui voulaient participer à la finale devaient payer $5 par tournoi afin que leurs scores soient cumulés. Philippe Bernier s’occupait de comptabiliser les statistiques, une tâche assez ardue selon M. Berger. La première finale a eu lieu à St-Pie en avril 2003. Sans grande surprise ce fut ce même Philipe Bernier qui inscrivait son nom le premier sur la coupe, venant des bonnes grâces de Claude Bédard, propriétaire du St-Pie.

L’année suivante, Pierre Berger s’est proposé comme statisticien mais avec la condition que tous les joueurs qui participant à un tournoi devaient payer le 5 $ qui serait maintenant inclus directement dans le prix d’inscription. À cette époque c’est André Béliveau qui écrivait les articles et il trouvait toujours bons nombres d’anecdotes et faits cocasses qui s’étaient passés dans le tournoi et c’est aussi lui qui s’occupait de la finale.

Les premières années tous les joueurs qui avaient participé à un seul tournoi étaient éligibles jusqu’à un maximum de 48 joueurs. On s’est très vite aperçu que ce n’était pas juste pour les joueurs qui participaient à plusieurs tournois mais qui n’avaient aucune chance contre les joueurs de plus haut calibre qui avaient fait  seulement un ou deux tournois.

Comme la finale se veut un peu être une récompense pour la performance mais aussi la participation, un nombre minimum de tournoi pour être éligible à la finale a été instaurée. Il faut maintenant participer à un minimum de 6 tournois pour avoir droit à la finale.

L’évolution du CCSQ

Au fil des ans le Circuit Centre-Sud du Québec s’est beaucoup étendu, c’est un peu pour cela que l’on utilise  seulement l’acronyme CCSQ  maintenant. Depuis peu, il y a même des tournois à Québec et dans la région de Laval.  Le Circuit est composé d’un nombre considérable de 15 tournois régulier en plus de la finale de fin de saison.

L’objectif du Circuit est cependant  toujours le même après toutes ces années, soit de donner la chance à de nouveaux joueurs  de participer à des tournois et de côtoyer des joueurs de calibre, tout en ayant une chance de gagner une bourse. En effet, la règle primordiale du CCSQ qui n’a jamais changée depuis le début,  est qu’un joueur sur deux remporte une bourse.

Cette année les organisateurs se réjouissent du retour du salon de quilles St-Pie dans le circuit mais il faut noter la perte du Quillorama des Bois-Francs, un pilier depuis les premiers jours. Le manque d’organisateur cause de gros problèmes au circuit, c’est toujours les mêmes qui s’impliquent année après année.

Paul et David

Soucieux de se souvenir de leurs confrères disparus au fil des années, une plaque à la mémoire de Paul Bibeau est remise au champion de la saison régulière et le gagnant de la finale quant à lui, repart avec le Trophée David Ducharme. En écrivant ces lignes, j’ai d’ailleurs une pensée pour ces deux quilleurs mais surtout ces deux hommes d’exceptions partis trop vite.

750 000 $ en bourses

Selon les calculs de M. Berger, depuis les 16 années d’existence du CCSQ, c’est un montant totalisant $745 550 qui a été remis. On peut donc souhaiter au CCSQ d’atteindre le million de dollars en bourses au cours des prochaines saisons !

Comment faire pour participer

Pour consulter les nouvelles, dates de tournois et statistiques du Circuit CCSQ, veuillez visitez le site : www.ccsq.info

Pour les gens qui aimeraient organiser un tournoi CCSQ, il suffit de contacter Pierre Berger et de signifier son intérêt à organiser un tournoi selon les règles du CCSQ. Une décision est ensuite prise lors de la réunion annuelle du circuit. Le nouveau salon doit alors payer un montant de $100 avant le début de la saison et un montant de $5 par joueur inscrit au tournoi. Le plus important bien sûr est de trouver un organisateur motivé et prêt à donner un peu de temps pour l’organisation.

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s